Jump to Navigation

AddToAny

Petit-Rasselle on Dumas (2014)

PDFPDF
Review: 

Dumas, Alexandre. Correspondance générale. Edited by Claude Schopp. Classiques Garnier, 2014, pp. 611, ISBN 978-2-8124-2972-9

Roxane Petit-Rasselle, West Chester University of Pennsylvania

Créateur de mythes littéraires, poète et dramaturge dont la renommée dépassa souvent celle de son ami Victor Hugo, Alexandre Dumas est l’objet d’accusations réductrices et tenaces, nées des envieux, des fielleux et des calomniateurs de son temps. La démarche de Claude Schopp, qui a édité sa correspondance, est de démontrer que ces légendes persistantes sont infondées.

L’ouvrage se compose d’une introduction où Schopp présente à la fois l’auteur, son œuvre et la Correspondance générale, puis d’une partie explicitant les principes d’édition et les règles de transcription. S’ensuit la correspondance de Dumas de 1820 à 1832. Chaque année est précédée d’une chronologie biographique qui permet aux lecteurs de mieux appréhender le contexte des lettres. Celles-ci contiennent diverses notes de fin de page ou bien renvoient au répertoire des correspondants, lequel, succédant au corps principal de l’ouvrage, donne de précieux renseignements biographiques. Enfin, une bibliographie, puis les index des noms de personnes, des lieux, des journaux et des périodiques et des œuvres et images citées, closent l’ouvrage.

Face à l’abondance de lettres qui subsistent et qui proviennent de nombreux fonds, Schopp a fait une sélection à partir de laquelle il réhabilite pleinement Dumas. Loin de s’attribuer la paternité d’œuvres au détriment de ses collaborateurs, comme on l’a longtemps affirmé, ce dernier fut un homme d’honneur, préférant ne pas réclamer le succès d’une œuvre et rester dans l’ombre. Dumas fut aussi le champion de la solidarité. Il soutint artistes, libraires, acteurs et actrices contemporains, de même qu’un admirateur vendeur d’estampes et victime de la censure.

La correspondance de Dumas montre aussi son parcours littéraire. De poète, il s’affirme en tant que dramaturge, puis auteur de récits de voyages et de nouvelles. Il n’est pas seulement un artiste. Il est aussi un homme d’affaires qui s’auto-promeut, négocie ses contrats, gère les comédiens et comprend l’impact commercial d’une œuvre (438). Dans le milieu littéraire et théâtral où les paroles sont reprises, les engagements brisés et les auteurs exploités, Dumas développe tout un réseau de connaissances. C’est ainsi qu’il se présente à Hugo “qui pourra [lui] être très utile aux Français” (100), qu’il entretient une relation amicale avec l’influent Baron Taylor et qu’il intercède en faveur d’acteurs et de littérateurs, lesquels l’aident en retour. Il se meut entre les différentes maisons politiques, dévoué au Duc d’Orléans mais flirtant avec les Bourbon, tout en étant républicain.

On découvre encore Dumas dans ses qualités comme dans ses défauts. Amant ardent mais inconstant, il envoie des lettres passionnées à Mélanie Waldor. Le ton pâlit progressivement jusqu’à devenir plat, répétitif et terriblement pauvre: “Je t’aime mon amour” (228), déclare-t-il à celle qu’il trahit. Néanmoins, leur relation tumultueuse se mue progressivement en une amitié profonde et durable. Dumas est aussi un ancien élève rancunier qui écrase son maître avec panache (24–26). C’est un fils qui s’inquiète de sa mère. C’est un frère que la grande sœur réprimande parce que, même en province, il a “la réputation du plus grand roué de la capitale” (169). C’est enfin un père qui fait ses recommandations au petit Alexandre, futur auteur de La Dame aux camélias, et qui promet de lui ramener une montre à son retour de Genève (441).

Malgré les nombreuses coquilles dans la présentation de cette Correspondance générale, le travail d’édition est remarquable de précision et enthousiasmant. Les échanges épistolaires entre Alexandre Dumas et Eugène Delacroix, Marceline Desbordes-Valmore, Victor Hugo, Jules Janin, Alphonse de Lamartine, Gérard de Nerval, Frédéric Soulié, Alfred de Vigny, le Marquis de Lafayette, Louis-Philippe, le Baron Isidore Justin Séverin Taylor, Paul Bocage, Frédérick Lemaître et Mademoiselle Mars, rendent vivante toute une époque et transmettent une multitude de renseignements sur son milieu littéraire et celui de la scène.

Volume: 
46.1–2
Year:


Main menu 2

Book_review_page | by Dr. Radut