Jump to Navigation

AddToAny

Lescart on Belenky, Kleppinger, et O'Neil-Henry, eds. (2017)

PDFPDF
Review: 

Belenky, Masha, Kathryn Kleppinger, et Anne O’Neil-Henry, éditrices. French Cultural Studies for the Twenty-First Century. Delaware UP, 2017, pp. 226, ISBN 978-1-61149-637-6

Alain Lescart, Point Loma Nazarene University

Voici un ouvrage anglophone composite bien arrangé qui nous introduit au mouvement littéraire des études culturelles françaises par le biais de sa pratique méthodologique. L’analyse de sources non-traditionnelles—généralement laissées dans l’ombre par leur origine populaire (par opposition à ce qu’on appelle la “haute littérature” des grands auteurs reconnus) présente, de fait, un intérêt certain, et de surcroît, offre un nouvel éclairage sur les possibilités de recherche des études culturelles en matière de littérature et de mœurs qui ont dominé la période postrévolutionnaire jusqu'à nos jours.

Présenté en neuf pièces dans le cadre d’un symposium qui s’est tenu à l’université de George Washington en 2014, cet ouvrage s’ouvre en prélude sur une introduction générale des études culturelles françaises (French Cultural Studies) rédigée par les éditrices qui présentent les diverses possibilités de pratique méthodologique du genre. On entend mettre en exergue, plus particulièrement, la diversité des sources étudiées dans les médias populaires (photoreportages, magazines, vaudevilles, films pornographiques, cartes postales, films populaires, menus de restaurants, articles de journaux hebdomadaires et magazines de mode), ouvrant ainsi un champ de recherche sur des horizons prometteurs, inexplorés ou délaissés.

Chaque chapitre démontre l’application d'une conjonction entre sujet théorique et média particulier. Tous partagent des questions méthodologiques touchant des objets éphémères ou des phénomènes sociaux en liaison avec des mœurs particulières, des représentations du sexe féminin, des mythologies locales, en différents lieux et époques. Ces différentes études veulent aussi fournir un angle particulier sur la tension existant entre “basses” et “hautes” formes d’expression culturelle.

La plupart des études présentées s’appuient sur le travail des grands prédécesseurs dans le domaine, de Raymond Williams à David Looseley en passant par Wendy Griswold, Jean-François Fourny ou Lawrence Schehr. L’ouvrage s’organise autour de quatre thèmes regroupant les articles par sujets explorés: “Press and Literary Culture” [Presse et culture littéraire],“Race and Identity in Popular Performance” [Race et Identité dans la Performance Populaire], “Repurposed Images” [Images Réorientées] et “Media Storms” [Tempêtes Médiatiques].

Le premier thème regroupe deux articles: “Methods and Challenges in Deciphering Representation of Authorial Intimacy in Late Nineteenth-Century French Photoreportages,” par Elizabeth Emery, analyse des photoreportages montrant des auteurs chez eux (Victorien Sardou, Alexandre Dumas fils, Édouard Drumont, Émile Zola), publiés dans La Revue Illustrée des années 1890. Ces photoreportages soulignent la curiosité populaire et le désir latent de savoir si “la propre vie de ces ‘pasteurs d’âmes’ est en harmonie avec la morale qu’ils prêchent” (10). Le choix journalistique des auteurs interviewés souligne la division entre haute et basse cultures et contribue à la création d’un canon d’auteurs considérés “sérieux.” Le deuxième article, “The Haitian Literary Magazine in Francophone Postcolonial Literary and Cultural Production,” par Chelsea Stieber, en analysant des magazines littéraires haïtiens après la révolution de 1804, permet de souligner la continuité de l’héritage colonial et l’émergence d’une littérature plus indigène à l’île, tout en épousant une forme de culture cosmopolite nationaliste.

Le deuxième thème regroupe deux articles: “Reading Race in Nineteenth-Century French Vaudeville,” par Lise Schreier, s’intéresse aux vaudevilles du début du XIXe siècle et plus particulièrement à leur côté populaire et éphémère grâce à l’analyse du vaudeville de Charles-Augustin Sewrin intitulé Les Habitants des Landes et à sa représentation des races sur les planches théâtrales, en particulier celle de L’Africain. Dans “Diversity, Exploitation, and Immigration Politics in French ‘Ethnic’ Pornography,” Mehammed Mack examine le label “ethnique” et la représentation des arabes ou nord-africains dans les films pornographiques de banlieue. Son analyse permet d’affiner des différences dans l’évolution du genre.

Le troisième thème regroupe deux articles: “Rediscovering Third Republic Illustrated Menus,” par Michael Garval, analyse la représentation de menus de restaurants dans le contexte d’une identité française nationale typique de l’époque récupérée par les artistes du temps. Dans “Picturing the Catherinette: Reinventing Tradition for the Postcard Age,” Susan Hiner s’intéresse aux cartes postales d’une tradition aujourd’hui perdue et centrée sur les jeunes filles de moins de vingt-cinq ans en quête de mariage.

Le quatrième thème regroupe trois articles: “Unpacking the Success and Criticism of Intouchables (2011),” par Leslie Kealhofer-Kemp, passe en revue les critiques du film populaire en France et en Amérique. Dans “Writing Transgressions: Marguerite Duras, the Villemin Affair, and Public Literature,” Anne Brancky analyse la réaction du public face à l’implication de Duras dans l’affaire du Petit Gregory et sa motivation en tant qu’écrivaine. Enfin, dans “Understanding the Tinayre Affair. New Media, New Methods of the Belle Époque,” Rachel Mesch analyse les problèmes liés à la personnalité d’une femme écrivain (Marcelle Tinayre) qui se voit offrir puis refuser la croix de la Légion d’honneur en 1908.

Cet ouvrage original ouvre de nouveaux horizons pour le développement des études culturelles françaises et sert d’exemplum pour quiconque s’intéresse à cette forme de critique littéraire. Le danger réside parfois dans les extrapolations tirées de documents, conclusions parfois lapidaires et sujettes à interprétations diverses.

Volume: 
46.3-4
Year:


Main menu 2

Book_review_page | by Dr. Radut